DÉPISTAGE ITSS

L’appellation « infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) » est utilisée pour désigner des infections qui se transmettent par voie sexuelle et sanguineLe condom peut ne pas offrir une protection complète lorsque les plaies se situent à des endroits non couverts par ce dernier. 

Il est peu probable que vous constatez par vous-même que vous avez une ITSS, puisque la plupart des gens infectés ne présentent aucun symptôme. Ce n’est pas parce qu’une personne n’a pas de symptôme qu’elle n’a pas d’infection et que cette dernière ne peut causer des dommages à sa santé . Une personne atteinte peut transmettre une infection sans même savoir qu’elle est infectée. Le test de dépistage vous permet d’avoir l’esprit tranquille et de préserver votre santé et celle de vos partenaires.

Les ITSS connaissent une forte augmentation partout au Québec, surtout chez les jeunes de 15 à 24 ans, cependant, il n’y a pas d’âge pour en contracter une . Les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentent 66 % des cas déclarés de chlamydia et 47 % des cas déclarés de gonorrhée au Québec. Les filles de cet âge sont les personnes les plus touchées par ces infections.

Au Québec :

  • 40 000 personnes reçoivent un diagnostic d’ITSS chaque année;
  • 1 personne sur 5 est infectée par l’herpès génital;
  • 3 personnes sur 4 seront, à un moment ou à un autre de leur vie, infectées par le VPH;
  • Il y a 2 fois plus de cas déclarés de chlamydia qu’en 1997;
  • Depuis 10 ans, le nombre de cas déclarés de gonorrhée a augmenté de 200 %.

Ces chiffres sont très inférieurs au nombre de cas réels, puisqu’il s’agit uniquement de personnes qui ont été diagnostiqué par un médecin.

Le test de dépistage peut inclure une prise de sang et, si nécessaire, d’autres prélèvements comme un échantillon d’urine. Vous pouvez passez un test de dépistage à partir de l’âge de 14 ans sans avoir besoin du consentement d’un parent.

 

3 RÈGLES POUR ÉVITER LES ITSS

  1. Ne pas se fier aux apparences
  2. Utiliser toujours un condom
  3. Avant d’arrêter d’utiliser le condom, passez un test de dépistage.

Source : itss.gouv.qc.ca et sefairedépister.com


QUELQUES INFECTIONS 

CHLAMYDIA

La chlamydia est une infection causée par une bactérie et une personne peut l’attraper plus d’une fois dans sa vie.

Souvent, les personnes qui ont la chlamydia n’ont pas de symptômes. Une personne peut donc être infectée sans le savoir. Quand une personne a des symptômes, ils apparaissent de 2 à 3 semaines après la transmission de la bactérie. Ce délai peut parfois aller jusqu’à 6 semaines.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

  • des douleurs en urinant;
  • des écoulements anormaux du vagin, du pénis ou de l’anus;
  • des douleurs dans le bas du ventre;
  • des douleurs lors des relations sexuelles

Dépistage et traitement 

Dépistage

Lorsqu’il n’y a pas de symptôme, un test d’urine suffit. Si il y a  présence de symptômes, il est nécessaire de faire un prélèvement au niveau du col de l’utérus ou de l’urètre lors d’un examen médical.

Traitement

La chlamydia se traite à l’aide d’antibiotiques.

Sources: Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca 


GONORRHÉE

La gonorrhée est une infection causée par une bactérie  et une personne peut l’attraper plus d’une fois dans sa vie. Les personnes infectées par la gonorrhée sont , généralement, également infectées par la chlamydia.

Une personne peut être infectée sans le savoir. Souvent, les femmes qui ont la gonorrhée n’ont pas de symptômes, Par contre, les hommes infectés ont plus fréquemment des symptômes.Quand une personne a des symptômes, ils apparaissent de 2 à 7 jours après la transmission de la bactérie.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

  • des douleurs en urinant;
  • des écoulements anormaux du vagin, du pénis ou de l’anus;
  • des douleurs au rectum ou au bas du ventre;
  • des douleurs lors des relations sexuelles;
  • des maux de gorge ou une pharyngite dans le cas d’une transmission orale-génitale.

Dépistage et traitement 

Dépistage 

Lorsqu’il n’y a pas de symptôme, un prélèvement d’urine est suffisant.  S’il y a présence de symptômes, il est nécessaire de faire un prélèvement au niveau du col de l’utérus, de l’urètre, de l’anus ou de la gorge, lors d’un examen médical.

Traitement 

La gonorrhée se traite à l’aide d’antibiotiques.

Source: Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca


SYPHILIS 

La syphilis est une infection causée par une bactérie et une personne peut l’attraper plus d’une fois dans sa vie.
Les cas de syphilis étaient plutôt rares, mais ils augmentent constamment depuis 10 ans au Québec.

Souvent, les personnes qui ont la syphilis ne se rendent pas compte qu’elles présentent des symptômes de l’infection. Une personne peut donc être infectée sans le savoir.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

Peu de temps après avoir contracté l’infection :

  • des ulcères non douloureux, généralement situés aux organes génitaux, à l’anus, à la bouche ou à la gorge. Ces ulcères guérissent spontanément en quelques semaines, mais l’infection demeure dans l’organisme.

À un stade plus avancé de la syphilis :

  • des symptômes similaires à ceux de la grippe tels que la fièvre, la toux, des maux de tête, des douleurs et des courbatures, de la fatigue, des nausées et des vomissements;
  • l’apparition de rougeurs ou de boutons sur la paume des mains, la plante des pieds ou ailleurs sur le corps;
  • ces symptômes disparaissent spontanément quelques mois après leur apparition, mais l’infection demeure dans l’organisme.

Dépistage et traitement 

Dépistage

  • Le test de dépistage se fait à l’aide d’une prise de sang.

Traitement

  • La syphilis se traite à l’aide d’antibiotiques.

 

Source: Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca


VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN (VPH)

La famille des virus du papillome humain (VPH) comprend plusieurs types de virus. Certains types de VPH se transmettent sexuellement. Il est possible d’attraper plus d’un type de VPH au cours de sa vie.

Le VPH est l’infection transmissible sexuellement la plus répandue et qui toucherait 75% des Canadiens ayant une vie sexuelle active.

Une personne peut être infectée malgré le port du condom, être porteuse sans le savoir et sans avoir de symptômes. Elle se transmet au cours d’une relation sexuelle ou lors d’un contact intime (peau à peau) avec une personne infectée présentant des lésions ou non. C’est une des ITS les plus fréquentes au Québec et les jeunes de 15 à 24 ans sont particulièrement touchés par le VPH puisqu’il se transmet surtout dans les premières années de l’activité sexuelle.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

  • des petites bosses qui ressemblent à des verrues (condylomes) sur les organes génitaux, autour de l’anus et, plus rarement, dans la bouche;
  • de l’irritation et des démangeaisons;
  • des lésions non visibles à l’œil peuvent se développer au col de l’utérus.

3 Canadiens actifs sexuellement sur 4 contracteront au moins 1 infection par le VPH au cours de leur vie.Il existe une centaine de types de VPH différents. Certains types peuvent causer le cancer du pénis, de l’anus, de la vulve et du vagin, du col de l’utérus, de l’oropharynx (de la gorge) et sans oublier, des verrues génitales.

Le vaccin est offert gratuitement à toutes les filles en 4e année du primaire. Depuis le 1er septembre 2016, le vaccin est également offert à tous les garçons en 4e année du primaire.

Dépistage et traitement 

Dépistage 

Des condylomes

  • Il n’y a pas de tests de dépistage de l’infection lorsqu’il n’y a pas de lésions apparentes.
  • En présence de lésions, l’examen médical permet de poser un diagnostic.

Des lésions précancéreuses et cancéreuses au niveau du col de l’utérus

  • La détection de ces lésions se fait lors du test de Pap, effectué au cours d’un examen gynécologique. Le test de Pap permet de dépister des lésions pouvant indiquer qu’un cancer pourrait se développer.

Traitement

  • La plupart du temps, les lésions ou les condylomes causés par le VPH au col de l’utérus disparaissent naturellement dans un délai de 18 mois.
  • La disparition des condylomes ne veut cependant pas dire que l’infection est guérie.
  • Pour éliminer les condylomes, plusieurs traitements sont possibles (application de produits chimiques, traitement au laser ou à l’azote liquide, etc.).
  • Des traitements existent également pour éviter le développement d’un cancer.

Source: Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca


HÉPATITE B & C

Les hépatites B et C sont des inflammations du foie causées par des virus différents. Elles se transmettent principalement au cours de relations sexuelles ou par le sang. 
 Les personnes infectées par les virus des hépatites B ou C n’ont pas toujours des symptômes. Quand les personnes ont des symptômes, ceux-ci apparaissent dans un délai différent selon le type d’hépatite :
  • hépatite B : de 1 à 6 mois (en moyenne de 2 à 3 mois) après l’infection par le virus;

  • hépatite C : de 2 semaines à 6 mois (en moyenne de 6 à 9 semaines) après l’infection par le virus.

Les symptômes des hépatites peuvent être les suivants :

  • fatigue;
  • perte d’appétit, nausées ou vomissements;
  • douleurs au ventre;
  • fièvre;
  • diarrhée;
  • peau et blanc des yeux jaunes (jaunisse);
  • selles pâles et urine foncée.

Particularités de l’hépatite B :

  • Très souvent, le virus de l’hépatite B disparaît de lui-même et la personne infectée devient alors immunisée contre ce virus. Lorsqu’il demeure présent dans l’organisme, on dit de la personne qu’elle est « porteuse » du virus.
  • Si la personne ne guérit pas, elle devient alors porteuse du virus de l’hépatite B et peut transmettre l’infection toute sa vie.

Particularités de l’hépatite C :

  • La majorité des personnes infectées par le virus de l’hépatite C deviendront porteuses du virus. Dans certains cas, il arrive parfois que le virus disparaisse de lui-même.
  • Si la personne ne guérit pas, elle devient alors porteuse du virus de l’hépatite C et peut transmettre l’infection toute sa vie.

Dépistage et traitement 

Dépistage

Le test de dépistage des hépatites B et C se fait à l’aide d’une prise de sang.

Traitement de l’hépatite B

Des traitements peuvent limiter la gravité de l’infection et, parfois, permettre la guérison.

Traitement de l’hépatite C

Chez le porteur chronique, des traitements peuvent limiter la gravité de l’infection et, bien souvent, permettre la guérison.

Source: Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca


CONDYLOMES

Il ne faut pas confondre les verrues de la peau et les verrues génitales (aussi appelées condylomes acuminés), qui sont causées par les souches 6 et 11 du VPH.

Chez les femmes, les verrues génitales peuvent apparaître sur la vulve, l’urètre, le col utérin, l’anus et les cuisses. Chez les hommes, elles se retrouvent sur le pénis, le scrotum, l’anus et les cuisses.

Source: Société des Obstétriciens et gynécologues du Canada SOGC


HERPÈS 

L’herpès génital est une infection causée par le virus de l’Herpes simplex de type 1 ou de type 2.  Le virus de type 1 peut se transmettre aux organes génitaux mais il touche principalement la bouche. Il y cause une infection communément appelée « feu sauvage ». Le virus de type 2 touche principalement les organes génitaux. Il est très rare qu’il se transmette à la bouche.

Les personnes infectées pas les virus de l’herpès génital de type 1 ou de type 2 sont infectées pour la vie. La plupart des personnes qui sont infectées n’ont pas de symptômes, ainsi, une personne peut être infectée sans le savoir. L’infection est très contagieuse, que les symptômes soient apparents ou non.

L’herpès génital de type 1 ou de type 2 se transmet :

  • au cours de relations sexuelles
  • lors d’un contact intime (peau à peau) avec une personne infectée présentant des lésions ou non.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

  • de petits ulcères douloureux situés près de la région génitale, comme les organes génitaux, l’anus, les cuisses, les fesses et l’intérieur du vagin.

Il est possible d’avoir plus d’une poussée d’herpès génital au cours de sa vie. Certaines personnes auront plusieurs poussées par année alors que d’autres n’en auront que quelques-unes au cours de leur vie. Le nombre et l’intensité de ces poussées varient d’une personne à l’autre.

Entre les poussées d’herpès génital, une personne infectée peut transmettre le virus même si elle n’a aucun symptôme. Le risque de transmission est plus élevé lorsque la personne présente des lésions.

Dépistage et traitement

Dépistage

  • Un test de détection est possible seulement lorsqu’il y a des lésions apparentes.
  • S’il n’y a pas de lésions, il n’est pas possible de poser un diagnostic.

Traitement

  • Il n’y a pas de traitement efficace pour guérir l’herpès.
  • Des médicaments peuvent :
    • soulager les symptômes;
    • réduire la durée et la fréquence d’apparition des lésions;
    • diminuer le risque de transmission.

Source : Gouvernement du Québec et itss.gouv.qc.ca


VIH / SIDA 

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) s’attaque au système immunitaire. Le rôle du système immunitaire est de défendre l’organisme contre les infections. Lorsqu’une personne est atteinte, son corps devient alors plus vulnérable aux maladies et aux infections.

Le VIH se transmet principalement au cours d’une relation sexuelle, par le sang ou de la mère infectée à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement.

Le virus peut être contracté autant par des hommes que par des femmes et aucun médicament ne permet de guérir complètement du VIH. Généralement, les personnes infectées par le VIH ne présentent pas de symptômes.

S’ils se manifestent, les symptômes sont :

  • de la fièvre;
  • de la fatigue;
  • des maux de tête ou de gorge;
  • des douleurs musculaires ou articulaires;
  • des ganglions enflés au cou, aux aisselles ou à l’aine;
  • une perte de poids importante;
  • de la diarrhée.

Dépistage et traitement 

Dépistage 

Le test de dépistage se fait à l’aide d’une prise de sang.

Traitement

  • Il n’y a aucun traitement pour guérir l’infection par le VIH ou le sida.
  • Des médicaments peuvent limiter la gravité des dégâts causés par l’infection au VIH, mais ils ne font pas disparaître le virus de l’organisme.
  • Pour être efficace, cette médication doit être prise tout au long de la vie.
  • Une personne qui vit avec le VIH doit également être suivie de très près par un médecin.

Source : itss.gouv.qc.ca 

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close